Where everything that's true turns false, where teenage is the most powerful poison ever made, there, hope will have to fight for his existence.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 The day we met | Shaohan

Aller en bas 
AuteurMessage
Tarek S. Thompson

avatar

Messages : 4
Date d'inscription : 01/12/2017

MessageSujet: The day we met | Shaohan   Mar 23 Jan - 17:32


The day we met



La sensation du gravier sous les roues du camion me tira du sommeil en douceur. J'ouvris lentement les yeux, ne captant rien de plus que l'image de mon père à ma gauche et les deux tiers d'un chemin large et blanc qui crissait sous nos pieds. Il était 6h30 du matin. Dans le camion, le poney ne faisait pas un bruit. Inhabituel. Lycan ne se distinguait jamais par sa capacité à prendre patience, à moins qu'il ne laissât bouillir son énergie pour exploser en milieu de journée.
Je reposai ma tête sur l'oreiller appuyé à la portière avec un soupir, et entendit mon père bouger légèrement sur le côté. Je savais que je le mettais mal à l'aise, mais je ne comptais pas faire la conversation pour autant.
On arrive bientôt, mon grand., fit-il.
Je me tournai vers lui avec un petit sourire, et hochai poliment la tête. Il parut s'en contenter, et me retourna mon sourire avant que je n'échoue à nouveau dans la douce chaleur du coussin. Mon grand... Ç'aurait pu être bienveillant si je n'avais pas l'air d'avoir huit ans plutôt que douze. Mais, sachant que j'allais sans doute passer une journée de plus à exhiber ma carte d'identité à tous les juges des épreuves de show jumping des catégories dix à quinze ans, ce n'était pas aussi plaisant que voulu.

Jeff s'engagea sur une allée longeant une énorme écurie éclairée, effervescente de l'activité d'une demie douzaine de palefrenier que j'aperçus en train de courir à droite et à gauche. Un homme nous conduisit à un parking délimité par des clôtures, où quelques attelages et camions étaient déjà installés, et s'en alla chercher les arrivants suivants. L'arrêt du moteur m'arracha un nouveau soupir, et je frottai mon visage contre la taie chaude. Je ne voulais pas venir à ce concours, et j'aurais préféré rester couché dans la chaleur sécurisante de mon lit, avec Mehdi, qui dormait sans doute toujours profondément à cette heure ci.
Aller, Tarek. On va le faire descendre et marcher un pue.
Mmm...
Et ne te rendors pas.
Nouveau soupir, bien plus lourd cette fois, et je déplaçais mon coussin pour atteindre la poignée de la portière. Il me fallu une bonne minute pour pouvoir la pousser correctement à cause de ma petite taille, et je tombai dans l'herbe en descendant le marche pied. Mon père me lança un regard plein de pitié, et je sentis ma colère et ma honte enfler puis disparaître comme une bulle de savon alors que je réprimais une furieuse envie d'éclater en larmes. Pas en public.

Lycan était en effet très calme dans l'habitacle du camion, occupé à manger son foin, ses yeux noirs brillants de contrariété. J'avais dit cent fois à mon beau-père que l'étalon était trop puissant pour moi, en vain. C'était son meilleur poney, peu importait qu'il puisse être dangereux.
Je défi l'attache de sa longe, et le guidait vers l'arrière poule décharger, et il manqua de me faire tomber à nouveau en déboulant au dehors pour brouter. Un jour.. Oui, un jour, j'aurais mon propre poney.
Le seller, j'en laissai le soin à Jeff après trois tentatives infructueuses. Il tenta de m'expliquer comment mieux faire, mais je chassais ses conseils d'un mouvement de tête furieux, et déguerpi au milieu des autres concurrents.
Je ne retournai au camion qu'un peu avant 11 heures.

J'avais vu la favorite sur l'épreuve de hunter, et elle était déjà dans la carrière de détente en vue du show jumping quand j'arrivai en tenue à côté de mon entraîneur qui tenait la bride du connemara presque identique, bien que moins grand, que celui qu'elle montait. J'ignorais son nom, mais je sentais venir un combat intéressant pour la première place.
Je sentis de nombreux regards sur nous, que je devinais être à cause de ma taille minuscule et de la présence de Jeff. "Même pas fichu de tenir son poney", j'entendais ça souvent. Je m'arrêtai à l'entrée de la carrière, me plaçai au flanc de l'animal piétinant et encensant et soulevai ma cheville pour que mon père me hisse sur la selle.
En atterrissant -un peu trop vite- sur l'étalon, je sentis le frisson familier qu'il me procurait me traverser, et pinçai les lèvres en ajustant les rênes. La jeune femme qui se tenait à la porte de la carrière nous ouvrit, Jeff alla se placer au centre avec les autres entraîneurs -il y avait un rouquin aussi immense que mon père, qui parlait avec la favorite- et Lycan se propulsa sur le sable sans aucun signe préventif avec une ruade bien sentie. Première chute. Je refoulai ma rage, laissait Jeff me remettre le pied à l'étrier, mais pas le poney me surprendre à nouveau.
Le temps qu'il se calme, il était temps d'aller sur les barres. La fille avec le poney semblable au mien se dirigeait sur l'oxer, et je me dirigeais vers le simple vertical quand je perdis le contrôle une seconde fois. Lycan galopait régulièrement, tendait ses oreilles vers l'obstacle l'air de rien, et l'instant d'après, alors que l'autre poney nous croisait, il se jeta contre le couple. Je me cramponnai a ses pions, vit la cavalière être jetée à bas de sa selle, et Lycan fit une nouvelle embardée qui me fit perdre à nouveau l'équilibre avec un cri étranglé. Le temps que Jeff et l'immense homme roux rattrapent les poneys, la petite fille -je voyais maintenant qu'elle était plus proche qu'elle devait être plus jeune que moi- me lançai un regard furieux. J'entendis son entraîner hurler sur le mien puis me crier quelque chose avec fureur, et me débattit en sentant qu'on me saisissait le bras droit avec un nouveau glapissement. Mon père me fit pivoter pour que je puisse le voir. Il était fou de rage. Mais pas autant que moi.
Tarek !! Mais ça ne va pas ?! Maîtrise ton cheval bon Dieu,
tu veux tuer quelqu'un ?!

Je le-e D-DÉ-TESTE ! Et to-oi aussi je te-e DÉTE-STE !! criai-je.
Le temps que mon père se remette de sa surprise de m'entendre crier et me voir pleurer, j'étais déjà hors de sa portée.
Je fis face à la petite, m'excusait en bafouillant -trop habitué à me taire- et filait au camion en attendant l'heure de l'épreuve. Que Jeff se débrouille avec son poney fou dangereux.




_________________
I'll wrap you on my lil'finger
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shay. Chesnet Monaghan
Admin
avatar

Messages : 6
Date d'inscription : 05/08/2016
Localisation : Wellington

MessageSujet: Re: The day we met | Shaohan   Mer 24 Jan - 20:59


The day we met


[/color]


Le soleil filtrait à peine à travers les rideaux de sa chambre mais Shay avait déjà les yeux grands ouverts et trépignait d'impatience qu'il soit l'heure pour elle de se lever et de pouvoir enfin rejoindre son poney. Le nouveau réveil, offert pour son anniversaire par son oncle Esteban, affichait l'heure sur son plafond. Elle fixa les chiffres mais l'heure n'avançait pas vraiment et elle se redressa dans son lit, tiraillée entre l'envie de descendre maintenant et le rituel que ses parents faisaient quand elle allait en concours. En plus de cela, aujourd'hui, le concours était chez elle et son père Cher n'était pas reparti pour l'armée à cause de ça. Aujourd'hui, Shay avait dix ans depuis trois jours et elle était plus que prête à montrer à tout le monde que Dychan et elle s'étaient entraînés plus que de raison. Elle avait dix ans et faisait ses premiers pas dans la cour des grands. Elle l'avait promis à Keïran, le flot bleu serait à elle. Pour lui, coincé à l’hôpital depuis une semaine. Elle se concentra sur les bruits autour et perçut les voix des palefreniers, occupés à nourrir tous les chevaux gardés à l'écurie pour la nuit. Elle perçut la voix de son oncle Esteban, qui donnait ses ordres appuyé sur ses éternels béquilles. Un hennissement dans les paddocks derrière la maison, d'autres bruits qui y répondirent, des sabots sur le bitume devant l'entrée du grand coral, réquisitionné pour la préparation des chevaux participant au concours. Enfin, elle entendit les pas de ses deux pères dans les escaliers et jeta la couette sur sa tête, fidèle à leur rituel. Ils ne mirent pas longtemps à franchir la porte de sa chambre, marchant à pas feutrés jusqu'à son lit. Morgan se pencha vers elle et souleva la couverture. Elle tenta de leur faire croire qu'elle dormait encore mais un sourire la trahit et Cher eut un petit rire qui fit bondir le coeur de la fillette. La main de son père caressa sa joue et elle ouvrit ses yeux en se redressant et en sautant sur eux, armée d'un oreiller. Ils la réceptionnèrent au vol, en même temps et Cher ouvrit ses bras pour entourer sa fille et son mari. Shay éclata de rire et gigota pour descendre. Enfin, elle allait pouvoir courir dehors pour s'occuper de Dychan. Elle s'habilla en vitesse, attrappa sa brosse à cheveux et ses élastiques et les tendit à son père. Morgan, par réflexe, commença à brosser les boucles souples de la fillette et lança un regard à son mari. Cher lui sourit.

"Au fait Shay, Daddy et moi, on a une surprise pour toi. Mais tu sauras ce que c'est seulement quand tu seras prête et en selle!"

Il balança cela par dessus son épaule, sans se retourner, piquant au vif la curiosité de la fillette. Elle voulut savoir ce que c'était, assassinant son père de questions mais il ne dit rien et elle prit son petit déjeuner sans pouvoir obtenir de réponses.



******************************


Le soleil était haut dans le ciel maintenant et Shay marchait tranquillement sur la carrière de détente, observant Peter du coin de l'oeil. Son cousin était juché sur Phoenix, le beau connemara que son père lui avait offert pour ses dix ans. Concentrés, le cheval et le cavalier galopaient sur la piste, suscitant de nombreux regards d'admiration. Elle flatta tendrement l'encolure de son cheval à elle, lui murmurant des mots d'amour à base de coeurs et de promesses d'amour à l'infini. Son père prit place entre le vertical et l'oxer et elle sut que c'était le signal pour commencer l'échauffement. Elle remonta soigneusement sur ses rênes, remit son cheval au trot, puis au galop et enchaina facilement, avec une aisance qui fit des envieux, les quatre premiers sauts. Cher monta la barre à un mètre dix mais elle ralentit pour laisser sortir le premier groupe de participants et laisser entrer le groupe suivant. Un garçon, de toute petite taille, entra en piste accompagné de son groom. Il semblait complètement déstabilisé par ce qui l'entourait et son poney avait plus l'air d'une bête fauve qu'un poney d'obstacle. Une fois entré, le garçon se fit aider pour monter et tomba aussitôt de l'autre côté, suscitant quelques rires. Shay lança un regard noir aux deux cavalières de quatorze ans avec qui elle s'entraînait et leur lança une remarque meurtrière en passant à côté d'elles. Le garçon roux fut remis en selle et son père lui fit enfin signe qu'elle pouvait venir sauter. Elle se remit au galop, traça une courbe quasi parfaite et se dirigea vers l'oxer. La dernière chose qu'elle vit avant de plonger dans le noir fut le visage horrifié de son père à côté de l'obstacle. Elle sentit un choc contre son flanc gauche et puis la dûreté du sol. Les voix lui paraissaient flous et elle serrait desespérement les doigts sur le vide, là où se tenaient les rênes de son cheval quelques secondes plus tôt. Elle entendit un murmure s'élever autour d'elle, puis la lumière l'éblouit légèrement et enfin, elle perçut la voix de son père et la main de Morgan qui caressait sa joue. Un homme criait sur quelqu'un pas loin d'elle et elle entendit un garçon retenir un sanglot et des pas dans le sens inverse. Ses parents lui demandaient si elle se sentait bien et elle s'assit doucement, clignant des yeux et faisant des gestes vagues avec sa main pour dire qu'elle allait bien. Elle toussa un peu et tenta d'ouvrir ses yeux, obstrués par du sable.

"Papa, ça pique mes yeux..."

Tout de suite, on la fit se relever et elle tituba, accrochée au bras de Morgan qui la prit dans ses bras et l'emmena en dehors de la carrière. Elle se retrouva assise dans l'herbe, son père versant de l'eau sur son visage pour dégager le sable. Elle frotta enfin ses yeux et papillonna, tombant sur le visage de Cher, les rênes d'un Dychan perdu dans les mains. La fillette se redressa, remercia ses parents et tourna la tête de chaque côté. Le poney qui m'avait percuté broutait au bord de la carrière, tenu par un groom. Un homme en costume lui passait un savon, au vu du ton employé et la désignait par des mouvements de bras anarchiques. Elle rassura son cheval, laissa les rênes dans la main de son père et demanda où était le cavalier qui l'avait percuté. Ses deux pères se regardèrent quelques secondes et Morgan lui désigna le coral où étaient garés les camions. Elle murmura rapidement qu'elle revenait et partit en courant, bien décidée à aller voir ce garçon, bien décidée aussi à lui demander si il ne s'était pas fait mal. Après tout, lui aussi avait lourdement chuté.



_________________
Can you feel my Heart?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tarek S. Thompson

avatar

Messages : 4
Date d'inscription : 01/12/2017

MessageSujet: Re: The day we met | Shaohan   Jeu 25 Jan - 19:32


The day we met



Je n'éclatai qu'une fois à l'abri dans le camion, blotti sur les sièges passager, dans les coussins et les couvertures prévus pour le trajet. Je savais que c'était Jeff qui les prévoyais, mais je ne l'en avais jamais remercié. Je ne voulais pas admettre devant lui qu'il était plus digne de son rôle de père que le riche propriétaire qui nous avait arrachés à lui avant même que l'on sache reconnaître nos prénoms.

Quelle humiliation ! Lycan m'avait pris la main deux fois en moins d'une heure, et les épreuves se rapprochaient ! Ma tenue était totalement fichue, et j'avais du sable coincé sous la paupière de mon œil factice, qui pleurait toujours d'une couleur rosâtre depuis deux ans. Le canal lacrymal n'avait pas souffert autant que mon œil lui même, mais enfin.. Assez pour que je pleure bizarrement. Comme si j'avais besoin de ça... Je n'avais pas besoin de tomber en public pour être ridicule non plus. Ma taille et mon regard asymétrique suffisaient déjà...
Mes pleurs redoublèrent, et j'essuyai rageusement mes joues pour descendre, tituber une seconde avant de me rééquilibrer et de me glisser dans le compartiment de sellerie. J'attrapai la bride de rechange du poney, ma veste, et tirai sur les deux avec fureur jusqu'à les déchirer, briser les montants du filet et faire sauter les boutons du vêtement. Je les haïssais. Je les détestais tous, tous, sans exception. Je n'avais pas demandé à aller en compétition, n'avais pas plus demandé de me voir confier cet étalon inexpérimenté et impétueux. J'envoyai le tout au dehors, m'assit sur la marche pour attendre le sol de mes pieds et voltai pour repartir vers la carrière en attendant que mon père réalise mon méfait, mais n'allait pas au bout de mon mouvement.
Elle était là.

Les cheveux pleins de sable, un petit sourire aimable et soucieux à la fois sur les lèvres, la petite fille que j'avais bousculée en selle venait vers moi. Les bras le long du corps, la chaleur écrasante sur les épaules, je la regardais s'avancer jusqu'à moi sans oser bouger. M'avait vu, ou entendu piquer une crise de nerfs ? Oh pitié non... J'avais déjà bien assez l'air d'un fou comme ça... Je jetais un regard à gauche ; bouché. Bon. Inspire, expire. C'est bien. Inspire...

Euh j-je.. Zuis dé-ésolé de.. Vou'ais pas t-te fai-ai.. Tomber... Pa'a-don !

Ah bravo Tarek.. Bien joué, maintenant tu as l'air d'un abruti doublé d'un attardé.





_________________
I'll wrap you on my lil'finger
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shay. Chesnet Monaghan
Admin
avatar

Messages : 6
Date d'inscription : 05/08/2016
Localisation : Wellington

MessageSujet: Re: The day we met | Shaohan   Dim 28 Jan - 22:19


The day we met



Shay l'avait vu détruire son matériel avec une rage qu'elle était peu habituée à voir chez quelqu'un d'aussi jeune. Seulement son père faisait des crises de rages de cette violence et le psychologue lui avait dit que ce n'était pas de la rage mais que ses souvenirs étaient trop grands et trop puissants pour que son père puisse les garder au fond de lui. Il avait expliqué calmement à la fillette pourquoi son père fonctionnait comme ça et maintenant qu'elle avait compris ça, Shay voyait d'un autre oeil les crises de larmes. Les garçons de son école disaient à Peter que pleurer était fait pour les filles. Shaohan avait envie de les frapper à chaque fois qu'ils disaient ça. Morgan lui disait toujours, lui, que pleurer était normal, même pour un garçon. Elle ramassa un bout du filet déchiré et la veste qui ressemblait maintenant à de simples bouts de tissu et s'approcha doucement. Le garçon semblait complètement paniqué de sa présence et elle tenta de lui sourire timidement. Bizarrement, elle se sentit différente de d'habitude et d'elle même, elle décida de ranger son côté extraverti et bruyant qui la caractérisait bien. Elle avança vers lui dans un silence quasi complet et hocha ses épaules pleines de sable quand il s'excusa. La fillette posa le matériel sur le marche-pied du camion et tendit sérieusement sa main vers lui, comme le faisaient ses parents quand ils rencontraient quelqu'un d'inconnu.

"Salut! Je m'appelle Shay! Tu ne t'ai pas fait mal en tombant? "





_________________
Can you feel my Heart?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tarek S. Thompson

avatar

Messages : 4
Date d'inscription : 01/12/2017

MessageSujet: Re: The day we met | Shaohan   Dim 28 Jan - 23:00


The day we met



Je ne me souviens pas d'avoir déjà chuté de cheval en déclenchant la moindre réaction de la part de quiconque. Les gens dans le public présument que mes parents s'occuperont de s'inquiéter pour moi, et mes parents s'en moquent. Ainsi le serpent se mord-t-il la queue, inlassablement. Imaginez donc ma surprise...
Pendant une demie minute, je restai là sans répondre, totalement sous le choc. Elle ne me connaissait pas. Je l'avais faite tomber de son poney, et violemment, juste parce que j'étais incapable de maîtriser ma monture. Je la regardai remettre les lambeaux de tissu et de cuir sur le marche-pied, et j'eu honte d'un seul coup qu'elle m'ait vu faire une crise pareille. Je n'avais pas son altruisme : j'avais fui la carrière bien avant de m'être enquis de son intégrité physique. J'avais seulement hurlé ma colère à mon père, et fui. Belle attitude, petit.

Je détournais mon regard asymétrique d'elle et de sa main tendue, vers le vague à ma gauche, les bras autour de mes côtes. Je ne savais pas quoi faire. Je ne voulais pas me ridiculiser à nouveau en parlant comme un bébé de quatre ans, mais...

Je redirigeai ma vision sur elle, serrai sa main brièvement avec un sourire relevant plus du tic nerveux, et inspirai discrètement. Aller, Tarek..

Je.. No-on. J'hab-bitude ma'nant... M'ex-xcuse de t'a'oir 'ousc-ulée... 'ap-pelle Ta'ek.. Eum..

Bon sang... Fais un effort... Les consonnes Tarek, les consonnes pour l'amour du ciel... Aller !

Tar-ek.

Petit sourire fuyant, regard affolé, je recentrai mes pensées avec de longues séquences de souffle. Elle ne va pas me manger...

Enchanté !

Weee... Un mot sans faute, magnifique ! ..On est pas arrivé mon petit pote.





_________________
I'll wrap you on my lil'finger
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: The day we met | Shaohan   

Revenir en haut Aller en bas
 
The day we met | Shaohan
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
When peace gives birth to chaos :: Montana - the Ranch :: The stables-
Sauter vers: