Where everything that's true turns false, where teenage is the most powerful poison ever made, there, hope will have to fight for his existence.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Start Line.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Tiago Bellini

avatar

Messages : 3
Date d'inscription : 26/12/2016

MessageSujet: Start Line.    Mer 1 Fév - 13:50



Start Line With You Baby

- feat. Tiago Bellini




"Bouge ton cul de feignasse"

Juste ça. Juste ça qui était écrit dans le message que Delgatto venait d'envoyer à Tiago. 17 ans. Le cliché parfait du bel italien. Avec ses cheveux bruns et ses yeux clairs. Oh et le sourire qui allait avec bien sur. Le jeune homme accéléra encore le pas, poussa la porte de l'entrepôt, lança un sourire mesquin à Marc Jacobson, le sbire de son boss avant de se déhancher un peu, remontant le noeud de son tank top qui ornait le centre de son ventre musclé. Il frappa à la porte du bureau de Michaelo Delgatto et entra dans une atmosphère bien plus que tendue. Son boss était bien assis sur sa chaise, cravate resserée et l'air sévère. Deux gardes étaient postés derrière lui. Un troisième claqua la porte derrière Tiago qui lui, si on lui avait demandé son avis, les aurait bien volontier traités de molosses. La porte claqua donc derrière lui et le jeune italien perdit son sourire parfait avant de se faire asseoir de force sur le fauteuil, bien en face de son boss. Boss qui le toisa pendant de longues secondes, sa cigarette pendue au bout de ses doigts.

"Alors Tiago...Aujourd'hui, qu'est ce que tu réponds si je te dis Kaven Lubovski?"

Le brun eut un petit sourire las et leva les yeux au ciel, ce qui fut aussitôt puni par une gifle puissante. Habituelle pour Tiago qui haussa les épaules.

"Je ne sais pas. Comme hier je suppose. Kaven est mort. Disparu. Envolé. Bye bye..."

La réponse ne plut pas du tout et le sbire placé derrière lui posa sa main sur son épaule et serra tant qu'il put, jusqu'à ce que la douleur devienne insoutenable et que Tiago dut gémir de souffrance pour que Delgatto daigne faire un geste qui arrêterait son chien de garde. Le jeune homme relacha ses épaules dans un geste rebelle et Delgado claqua des doigts pour faire disparaitre les trois hommes. La porte se referma derrière eux et il se retrouva en face de celui qui l'avait arraché à sa famille et son pays, qui lui avait pris son innocence et sa liberté d'enfant, afin de le plonger dans le noir, puis dans cette chambre entièrement blanche. Chambre blanche dont il  se rappelait chacune des sensations, chacun des bruits, chacune des odeurs. Et les lumières de couleurs sur le mur après avoir commis son premier meurtre. Delgatto frappa sur son bureau pour le ramener à la réalité et tira un dossier du premier tiroir du meuble en chêne. Le tiroir des cas spéciaux. Le tiroir des cas dont seuls Kaven s'occupait avant de disparaitre, emmenant avec lui la seule personne pour qui il aurait tout donné, Denys, son fils de quelques mois. Le patron tira une photo en noir et blanc, un peu froissée et pliée en quatre qu'il déposa sous les yeux du jeune homme. On y voyait un petit garçon, assis sur le lit, l'air sérieux et déterminé, aucune expression dans cette bouche plissée et le regard éteint. Nathan. Tiago aurait pu le reconnaitre entre mille autres enfants. Kaven l'entrainait depuis presque six mois et il en avait tellement parlé à Tiago que celui ci avait presque l'impression de connaitre cet enfant de huit ans qu'il n'avait pourtant jamais vu en vrai. Miguel retira la photo, la replaça dans le dossier et le jeta dans les bras du jeune homme. Il se leva, appuya sur un bouton et Tiago fut relevé de force par un des sbires qui venait d'arriver.

"A partir de maintenant Bellini, tu t'en occupes. Tu dors dans sa chambre, tu l'entraines, tu l'endurcis et tu m'en fais le meilleur. Ce gosse a déjà buté des gens et il est doué. Bien plus que toi tu ne l'étais à son âge. Alors, contrairement à toi qui est incapable d'exploiter ton talent, exploites le sien et fais en moi une machine. Maintenant, dégages!"

Avant qu'il n'ai eu le temps de répondre, Tiago se retrouva dehors, dans l'entrepôt, face au couloir qui allait le mener à la chambre blanche, vers Nathan. Il inspira un peu, moins confiant que ce qu'il montrait aux autres et les mains tremblantes, poussa la porte de la chambre du petit garçon, prêt à voir ce que ça allait donner.





- © FICHE  BY DISTURBED -

_________________
Happy Little Pils
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Start Line.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Resolu]Problème avec collision _ line avec mur entre 2 obj
» Start/Stop Roland vers d'autres arrangeurs
» Start Menu Reviver : un menu démarrer pour Windows 8
» Bk7m et FCB1010 - assigner le Start/Stop sur le FCB1010
» stack overflow at line 0

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
When peace gives birth to chaos :: Pour les membres :: Diaries-
Sauter vers: